decorational arrow L’obésité au quotidien | 5 min. temps de lecture

Mon parcours contre l’obésité : de l’amatrice d’aliments de confort au mannequin grande taille

« J’avais 28 ans et je pesais 180 kilos. J’étais mariée et mère de deux petits garçons merveilleux. J’avais beaucoup de raisons d’être heureuse dans ma vie, mais je me sentais très déprimée. Je ne voulais pas en parler. Je ne voulais pas reconnaître mon problème de poids. Les gens me demandaient : « Comment avez-vous atteint ce poids ? Comment avez-vous atteint 180 kilos ? » - Vicki Mooney

Prendre du poids pendant l’enfance

Il m’est très difficile de parler de ma vie, parce qu’il me faut dévoiler une partie de moi-même, une partie que la plupart des gens n’aimeraient pas ou ne pourraient pas révéler.

J’ai beaucoup souffert dans mon enfance. Mon père était alcoolique et il était physiquement violent avec ma mère. Et quand il ne battait pas maman, c’est moi qu’il battait. J’étais une enfant complètement perdue, je souffrais. J’ai également été abusée sexuellement.

Alors, je me réconfortais avec la nourriture. Pour faire face au traumatisme, je prenais une barre de chocolat. J’allais dans ma chambre et même si je ressentais ces émotions, ces sentiments et ces douleurs, je mangeais ma barre de chocolat et cela me réconfortait un peu.

Je prenais également du poids et je me demandais ce qu’il m’arrivait. Mes frères étaient minces et athlétiques, et nous prenions tous le même petit déjeuner, le même dîner et les mêmes collations. La seule chose que je faisais différemment était de manger du chocolat pour me réconforter.

Woman in a black shirt with facial expression of being proud of herself, looking into space on the background of the blur vision of the sea and seashore

« Je sais que la plupart des gens diraient : Eh bien voilà, tu as mangé du chocolat et tu as grossi. Mais ce n’est pas si simple ».

-Vicki Mooney

Recours à la chirurgie

Avançons un peu : maman de 180 kg, âgée de 28 ans, avec beaucoup de graisse abdominale...

Le matin, quand je me réveillais, je me froissais un muscle sur le côté en me retournant dans mon lit. Alors, j’essayais de soulever mon ventre en tournant. Et je me disais : Est-ce que j’ai des sous-vêtements qui me donneront l’air un peu plus présentable ? Ou je pensais : Les médecins veulent me mesurer et examiner mes plis cutanés et mes infections.

Dans la douche, je devais laisser la porte ouverte parce que je ne rentrais pas physiquement dans la cabine. Puis, je soulevais mes plis cutanés l’un après l’autre et je nettoyais les infections, tant pour leur aspect que leur odeur.

 « Je suis allée voir mon médecin et, heureusement, j’ai bénéficié d’une chirurgie bariatrique. J’ai perdu plus de 90 kilos, ce qui représentait la moitié de mon poids. C’était incroyable, je me disais : Oh mon Dieu, ça y est, j’ai une vie. »

Après avoir perdu ce poids, je suis devenue le premier mannequin grande taille en Irlande et j’ai écrit un livre pour aider les femmes à se sentir bien dans leur corps. Parce qu’en fin de compte, quelle que soit votre taille, vous méritez de vous sentir bien lorsque vous vous regardez dans le miroir le matin au réveil. Vous méritez de porter des vêtements qui vous vont.

Red-headed mum and two children looking through the board-side of a ship; blue sea,  seashore

Ma vie aujourd’hui

Cela fait maintenant 13 ans que j’ai subi cette intervention. Je suis toujours obèse et j’ai repris 25 kilos. Je me rends souvent à la salle de sport et mon alimentation est saine parce que du fait de l’opération, je ne peux manger que de très petites portions de nourriture. Mon régime alimentaire est essentiellement constitué de fruits, de noix, de légumes et de protéines. Je médite le matin et je fais du yoga. Je suis en assez bonne santé.

Alors c’est ainsi que je vois les choses : vous vous êtes trop accablée, trop détestée et vous avez dit des choses à votre sujet que vous ne toléreriez pas de la part des autres. Pour changer les choses, commencez par vous aimer. Vous devez commencer à vous apprécier, quelle que soit votre taille ou votre poids. Si votre état d’esprit est positif, vous pouvez commencer à apporter de petits changement dans votre vie afin de lutter contre la maladie de l’obésité, et vous finirez par vous sentir bien mieux.

Articles connexes

Parlons bien : 10 questions à poser à votre médecin
decorational arrow Conseils | 5 min. temps de lecture

Parlons bien : 10 questions à poser à votre médecin

Ces dix questions peuvent vous aider à démarrer un dialogue et commencer à comprendre quelles options thérapeutiques s’offrent à vous concernant la prise en charge de votre poids.