Go to the page content

Vivre avec l’obésité – un stage de préparation pour le confinement de 2020

Je vis avec l’obésité depuis 35 ans. Depuis mon adolescence, en fait. Croyez-le ou non, mais cela me met dans une position privilégiée pour parler de distanciation sociale et d’isolement social. C’est l’objet de l’article de ce blog.

Rester à l’écart d’un grand nombre d’événements sociaux était ma façon de supporter mon obésité. J’avais peur de ce que les gens penseraient de moi. Je connaissais bien les conseils habituels en matière de perte de poids (« Mangez moins, bougez plus »), pourtant je ne réussissais toujours pas à contrôler mon poids. Et mon incapacité à me conformer aux conseils me faisait me sentir moins intelligent.

Cette bien piètre image de moi était constamment confirmée par les discours que je découvrais dans la presse, à la radio et à la télévision. Lorsque je devais assister à une réception ou à une manifestation, j’y répondais en restant à la maison ou en faisant demi-tour, souvent au tout dernier moment. Ce que j’ignorais c’est que je m’entraînais pour le confinement de 2020.

S’isoler socialement pour éviter la honte

À l’époque où j’avais le plus de poids (175 kg), la distanciation sociale était presque devenue ma seconde nature. Je ne connaissais tout simplement pas cette expression pour décrire mon attitude.

J’allais faire mes courses à l’heure où personne d’autre n’y allait.

Je vivais à l’écart des événements sociaux comme les fêtes, les pendaisons de crémaillère, etc.

J’évitais les endroits bondés.

Je n’évitais pas une pandémie ou une maladie. J’évitais les situations où les gens m’auraient regardé, où ils auraient chuchoté à propos du « gros », où il n’y aurait peut-être pas assez d’espace pour que je puisse m’asseoir, du fait de chaises trop petites ou fragiles, etc.

L’embarras. La honte. Voilà ce que j’évitais, et m’isoler était ma méthode. Si vous vous isolez comme moi, prenez un moment pour vous souvenir que vous n’êtes pas seul(e).

« L’embarras. La honte. Voilà ce que j’évitais, et m’isoler était ma méthode. »

-Bjarne Lynderup


Une intervention d’amis pour aider à gérer mon poids

J’ai eu la chance d’avoir un entourage qui m’a forcé à demander de l’aide lorsque j’étais sur le point de tout abandonner. Je sais que tout le monde ne peut pas compter sur l’interventions d’amis mais, au moins, chacun peut être encouragé à réaliser que rester à l’écart des autres n’aide pas.

Si vous souhaitez rompre le cycle des isolements et prendre en main la gestion de votre poids et votre distanciation sociale, le confinement de 2020 est l’opportunité idéale. Actuellement, tout le monde autour de vous sait ce que signifie la distanciation sociale. Pourquoi ne pas parler à vos amis et votre famille de votre vie avec la distanciation sociale ?

C’est un petit pas dans la bonne direction.

Racontez-leur ce que vous avez fait pour éviter les situations où vous pensiez que vous risquiez d’être pointé du doigt. Expliquez-leur ce que cela signifiait pour vous. Parlez-leur de votre peur et de votre tristesse si bien cachées.

Il y a de grandes chances qu’ils vous écoutent attentivement, qu’ils vous comprennent et qu’ils vous soutiennent. Et, surtout, que cela vous aide.

Young men sitting on a bench hanging out.

« Oser se lancer peut être extrêmement libérateur. Pour arrêter de passer à côté de votre vie à cause de votre maladie. »

-Bjarne Lynderup

Ne sous-estimez pas cette sensation liberté

Oser se lancer peut être extrêmement libérateur, vous joindre à d’autres personnes, passer du temps avec elles et leur montrer qui vous êtes. Pour arrêter de passer à côté de votre vie à cause de votre maladie.

D’abord, vous n’êtes pas seul(e). Loin de là. Environ 650 millions de personnes vivent actuellement avec de l’obésité. Et je parie qu’elles seraient toutes prêtes à saisir l’occasion de changer cet état de fait sans plus attendre.

Gestion du poids

Afin de prendre le contrôle de la gestion de votre poids, impliquez vos amis et votre famille. Faites-le maintenant pendant que le confinement est toujours une réalité. Commencez par leur dire comment vous vous êtes isolé(e).

Ne laissez pas votre fierté vous empêcher de leur dire que vous avez besoin d’eux, surtout pour vous aider à gérer votre poids. Mais dites-leur surtout que cela doit se faire selon vos conditions. Utilisez Skype, Zoom, Messenger, Facetime ou un autre canal virtuel.

Puis essayez d’apporter de petits changements à votre vie dès maintenant.

Vous devez commencer par changer un peu avant de pouvoir beaucoup changer.

Réaliser ne serait-ce que de petits changements peut être un bon encouragement pour la suite. Les premiers pas vous montrent que vous pouvez le faire. Mais que ce n’est que le début !

Si vous n’êtes pas habitué(e) à prendre un petit-déjeuner, entraînez-vous à prendre le petit-déjeuner. Si vous n’êtes pas habitué(e) à aller marcher, entraînez-vous à marcher. Si vous n’êtes pas habitué(e) à monter les escaliers, trouvez des escaliers et lancez-vous.

À ce stade, la distance que vous parcourez n’a pas d’importance.

Two people sitting on a couch looking at a tablet.

« Je sais que l’obésité est bien plus qu’un excès de graisse. »

-Bjarne Lynderup

Comment réfléchir aux conseils en matière de gestion du poids

Avec ces premières étapes, vous avez pris une grande décision concernant votre vie. Ce sont ces premières étapes qui constituent la base d’une vie plus saine.

Et vous savez quoi ? Je sais que la gestion du poids est beaucoup plus complexe que « manger moins et faire plus d’exercice ». Je sais que l’obésité est bien plus qu’un excès de graisse. L’acceptation et la compréhension sont essentielles pour promouvoir la santé mentale – et pour la maintenir.

Mais vous avez tout de même besoin de faire de l’exercice et de manger sainement si vous voulez changer votre vie.

Man running on a trail next to a river that goes through green fields.

« La perte de poids ne passe jamais par une solution rapide. Il s’agit d’un changement de vie. »

-Bjarne Lynderup

Les coachs personnels peuvent aussi vous aider,

Et n’hésitez pas à demander de l’aide pour gérer votre poids. J’ai eu la chance d’avoir un coach personnel qui m’a non seulement aidé à prendre la confiance dont j’avais besoin pour aller à la salle de sport, mais qui m’a également aidé à comprendre quelque chose de très important : La perte de poids ne passe jamais par une solution rapide. Il s’agit d’un changement de vie.

Lors de ma première session avec lui, je me souviens avoir pensé que je devrais probablement commencer à faire beaucoup d’exercice. Son premier commentaire m’a surpris : « Allez-y doucement et à votre rythme. Nous devons reconstruire votre corps. »

Les exercices doivent être basés sur qui vous êtes.

Par conséquent, essayez de trouver des experts qui peuvent vous aider à mettre en place des exercices qui fonctionnent pour vous et qui correspondent à votre niveau. Et n’oubliez pas : vous êtes entré dans votre nouvelle vie et aujourd’hui, vous serez en meilleure santé qu’hier.

Parallèlement à ce changement d’état d’esprit, j’ai obtenu de l’aide pour améliorer mon alimentation. Pour me sentir plein d’énergie et motivé, j’ai réalisé que je devais manger mieux et de manière plus variée.

J’ai appris à prendre un petit-déjeuner. Comme je ne le faisais pas avant, cela a véritablement changé les choses pour moi. Soudain, je me suis senti plus éveillé tout au long de la journée.

Vous pourriez avoir besoin d’aide pour filtrer les informations

Je vous recommande vivement de chercher et d’obtenir de l’aide si vous ne savez pas comment manger sainement. C’est tout à fait acceptable, surtout lorsqu’on pense au nombre de messages auxquels nous sommes exposés simplement en vivant dans une société de consommation.

Vous savez que j’ai raison, mais vous me lisez et vous pensez peut-être que cela ne va pas vous convenir.

Two men standing outside, laughing.

« Il est possible de prendre le contrôle, surtout si vous avez l’aide de vos amis et de votre famille. »

-Bjarne Lynderup

Dire non à l’alimentation émotionnelle

Mais vous savez quoi ? Je connais ça. Oh mon dieu, comme je connais ça…

Je connais par cœur les mauvaises habitudes que j’ai par exemple en ce qui concerne ma « nourriture émotionnelle ». Une journée stressante au travail ? Je résolvais le problème en regardant un film d’action tout en mangeant deux sachets de chips avec de la sauce.

Une réunion qui se déroulait mal ? Je réparais avec un arrêt éclair chez McDonald’s. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. Je connais beaucoup de gens qui utilisent la nourriture pour gérer leurs problèmes.

J’avais besoin de travailler sur cet état de fait, et après avoir perdu 50 kg, c’est toujours le cas.

J’ai dû accepter que pour moi, la nourriture apporte confort et relaxation.

J’ai dû admettre que la nourriture n’est pas un moyen idéal de se réconforter.

Poser les questions difficiles

Si possible, vous devez discuter avec un professionnel des raisons pour lesquelles vous avez les habitudes alimentaires qui sont les vôtres, et de la manière dont vous pouvez les changer. Ce que vous pouvez faire dès maintenant, c’est préparer vos journées.

Laissez-moi vous expliquer : Découvrez quand vous êtes particulièrement enclin à l’alimentation émotionnelle. Quelles situations ont tendance à être des déclencheurs ? Maintenant, cherchez des moyens d’éviter ces situations.

Cherchez également des moyens de rendre disponibles des aliments plus sains dans les moments où l’alimentation émotionnelle semble être la solution de facilité. Préparez des collations saines que vous pouvez emporter quand vous en avez besoin ; remplissez votre réfrigérateur d’eau plutôt que de boissons gazeuses sucrées.

Demander de l’aide médicale

Il est possible de prendre le contrôle, surtout si vous avez l’aide de vos amis et de votre famille. Adressez-vous également à votre prestataire de soins de santé pour obtenir de l’aide médicale.

Je sais que beaucoup d’entre nous ont eu de mauvaises expériences en parlant aux professionnels de santé des défis que nous rencontrons en matière de gestion du poids. Mais continuez à chercher quand même, parce que vous le méritez.

« Vous pouvez trouver des prestataires de soins de santé bienveillants qui comprennent à quel point l’obésité est un sujet complexe et qui savent qu’elle peut être traitée. »

-Bjarne Lynderup

Obtenez de l’aide médicale en ligne si nécessaire. N’abandonnez pas. Continuez à chercher. Vous pouvez trouver des prestataires de soins de santé bienveillants qui comprennent à quel point l’obésité est un sujet complexe et qui savent qu’elle peut être traitée.

D’ailleurs, si un problème de santé vous préoccupe en ce moment, n’hésitez pas. Demandez de l’aide médicale, même s’il doit s’agir d’une aide médicale en ligne.

Dans le cas du COVID-19, l’obésité ne vous rend pas plus susceptible de contracter le COVID-19, mais elle peut vous exposer à un risque de complications plus graves si vous contractez la maladie. Encore une fois, n’hésitez pas à rechercher de l’aide médicale.

Vous aussi, vous pouvez gérer votre poids

L’obésité est une maladie chronique. Comme toute autre maladie chronique, vivre avec l’obésité signifie donc qu’il faut gérer les symptômes en continu.

Cela comprend la gestion du poids : manger plus sainement qu’auparavant, faire plus d’exercice qu’auparavant et travailler sur vous-même à tout moment.

Comme je l’ai fait, vous pouvez commencer – et pourquoi pas aujourd’hui ?

2020 est notre année. Nous sommes 650 millions de personnes vivant avec l’obésité. Mais nous ne sommes pas impuissants. Nous disposons d’outils qui nous permettent de changer nos vies. Il nous faut juste les prendre en main...

#CH21OB00014_03/2021