decorational arrow Obésité | 6 min. temps de lecture

Le grand débat : L’obésité est-elle vraiment une maladie ?

De plus en plus d’experts reconnaissent l’obésité comme une maladie. C’est une surprise pour certaines personnes et un soulagement pour d’autres, notamment pour les personnes obèses. Mais pourquoi l’obésité est-elle une maladie et pas simplement un manque de volonté ou une question de mode de vie ? Une partie de la réponse réside dans le fait que bien des causes de l’obésité ne sont pas apparentes. Un très grand nombre.

Londres, 2018. Un groupe d’experts assiste à une réunion du conseil du Collège royal des médecins (Royal College of Physicians, RCP) afin de déterminer si l’obésité doit ou non être reconnue comme une maladie. Le Dr Andrew Goddard écoute attentivement. Heureusement. Quelques mois seulement auparavant, il a été élu 121e président du RCP, le plus jeune depuis 400 ans.

Pour lui, cette réunion n’est pas à prendre à la légère. C’est une question grave qui changera la façon dont les gens voient et traitent l’obésité. À la fin, leurs voix sont unanimes : l’obésité est une maladie. Une maladie chronique mais qui peut être prise en charge, affectée non seulement par nos gènes, mais aussi par l’environnement moderne dans lequel nous vivons.

« Il est important pour la santé de la nation que nous supprimions la stigmatisation associée à l’obésité. Il ne s’agit pas d’un choix de mode de vie induit par la gourmandise d’une personne, mais d’une maladie causée par des inégalités en matière de santé, des influences génétiques et des facteurs sociaux », déclare le Dr Andrew Goddard3.

La science de l’obésité

L’équipe du Dr Andrew Goddard n’est pas la première à s’asseoir pour parler de l’obésité. Dans le monde entier, des groupes de travail d’experts similaires sont arrivés à la même conclusion, qui provoque souvent des débats animés dans les médias. L’obésité est toujours largement considérée comme une simple question de mode de vie, dépendant de la quantité de nourriture que nous consommons et d’un manque d’exercice physique. De l’énergie que nous emmagasinons et de l’énergie que nous dépensons. C’est simple, non ? Mais inexact selon la science.

Afin de comprendre pourquoi, commençons par une brève réflexion.

Imaginez une maladie qui :

  • expose les personnes à un risque élevé de développement ou d’aggravation d’autres maladies graves telles que des maladies cardiovasculaires, un diabète de type 2, une hypertension artérielle, un taux de cholestérol élevé, une apnée obstructive du sommeil, certains types de cancer, une anxiété ou de la dépression ;
  • modifie la façon dont l’organisme répond aux traitements. Ce qui a fonctionné auparavant n’est plus efficace ;
  • est constamment renforcée par notre environnement quotidien ;
  • affecte la vie des gens.

Cependant, les personnes souffrant de cette maladie recherchent rarement l’aide d’un professionnel de santé parce qu’elles pensent devoir la traiter seules.

Alors, ne considéreriez-vous pas cette maladie comme un problème médical grave ?

" Une perte de poids de seulement 5 % est suffisante pour réduire le risque de certaines complications médicales liées au poids, telles que l’hypertension artérielle. "

-Warkentin et al. The effect of weight loss on health‐related quality of life: systematic review and meta‐analysis of randomized trials.

Un nouvel espoir pour une meilleure santé

Cette maladie n’est ni imaginaire, ni invisible. Elle existe et s’appelle l’obésité. Les personnes qui en souffrent y pensent tous les jours, dans les transports publics, dans les magasins de vêtements, dans les parcs ou même en dînant avec ceux qu’elles aiment. Mais la taille est l’aspect le moins important de l’obésité. Les aspects importants sont ceux que l’on ne voit pas.

La bonne nouvelle est que l’obésité est une maladie qui peut être prise en charge et que les personnes qui en souffrent peuvent toujours améliorer leur santé et leur bien-être. En effet, une perte de poids de seulement 5 % est suffisante pour réduire le risque de certaines complications médicales liées au poids, telles que l’hypertension artérielle.

Mais la gestion du poids ne se règle pas en un instant. Pour perdre du poids et ne pas le reprendre, les personnes obèses ont besoin d’un traitement et de soins continus et adaptés. C’est pourquoi il est important de reconnaître l’obésité comme une maladie et de la traiter à l’aide des dernières avancées scientifiques.

Pour le traitement, il n’existe pas d’approche unique

Bien que de nombreuses personnes souffrent d’un même problème d’obésité, elles ont besoin de plans de traitement individualisés. Nous sommes tous différents vis-à-vis de nos gènes, de notre santé, de notre histoire de vie, de notre personnalité et de notre environnement. Et nous ne sommes pas tous motivés par les mêmes objectifs. Un plan de traitement personnalisé nécessitera probablement une association de différentes options thérapeutiques afin de répondre aux besoins d’une personne.

Infographic displaying the amount of people and health care professionals that recognise obesity as a disease.

De plus en plus de professionnels de santé comprennent ce qui est utile pour aider

De plus en plus de professionnels de santé reconnaissent la complexité de l’obésité et apprennent à la prendre en charge. Les traitements qu’ils proposent sont également de plus en plus variés et constamment actualisés. Aujourd’hui, ils comprennent la thérapie comportementale, le remplacement de repas ou les régimes alimentaires faibles en énergie, les médicaments anti-obésité ou encore la chirurgie bariatrique. Ils ne se contentent plus de regarder simplement ce que vous mangez et la quantité d’exercice physique que vous pratiquez. La prise en charge moderne de l’obésité implique une compréhension des habitudes alimentaires individuelles (comment, quand et pourquoi vous mangez) de même que des habitudes en termes d’humeur, de sommeil, de stress et d’activité physique.

Références
  • Royal College of Physicians. L’obésité doit être reconnue comme une maladie. Council Paper 2018.
  • Royal College of Physicians. RCP calls for obesity to be recognized as a disease. RCP London News 2019. https://www.rcplondon.ac.uk/news/rcp-calls-obesity-be-recognised-disease [Accessed June 2019]
  • European Medicines Agency. Draft Guideline on clinical evaluation of medicinal products used in weight control 2014.
  • Food and Drug Administration. Guidance for Industry Developing Products for Weight Management 2007.
  • Heuer CA, McClure KJ & Puhl RM. Obesity Stigma in Online News: A Visual Content Analysis. Journal of Health Communication 2001; 16:976–987.
  • Guh et al. The incidence of co-morbidities related to obesity and overweight: A systematic review and meta-analysis. BMC Public Health 2009; 9:88.
  • Luppino et al. Depression and obesity: A meta-analysis of community-based studies. Arch Gen Psychiatry 2010; 67:220–9.
  • Sumithran P & Proietto J. The defence of body weight: a physiological basis for weight regain after weight loss. Clinical Science 2013; 124:231-241.
  • National Institutes of Health. Clinical Guidelines On The Identification, Evaluation, And Treatment Of Overweight And Obesity In Adults 1988.
  • Rand K et al. It is not the diet; it is the mental part we need help with. A multilevel analysis of psychological, emotional, and social well-being in obesity. International Journal of Qualitative Studies on Health and Well-being 2017; 12:1-14.
  • Yumuk V et al. European Guidelines for Obesity Management in Adults. Obesity Facts 2015; 8:402-424.
  • Warkentin et al. The effect of weight loss on health‐related quality of life: systematic review and meta‐analysis of randomized trials. Obes Rev 2014; 15:169–82.
  • Berthoud H, Münzberg H, & Morrison, CD. Blaming the brain for obesity. Gastroenterology 2017; 152(7):1728-1738.
  • Astrup A. Dietary treatment of overweight and obesity. In: Thomas A. Wadden & George A. Bray (eds.). Handbook of Obesity Treatment. New York: Guilford Press 2018: 309-321.
  • Caterson ID et al. Gaps to bridge: Misalignment between perception, reality and actions in obesity. Diabetes Obes Metab 2019; 21(8): 1914-1924

Articles connexes

Parlons bien : 10 questions à poser à votre médecin
decorational arrow Conseils | 5 min. temps de lecture

Parlons bien : 10 questions à poser à votre médecin

Ces dix questions peuvent vous aider à démarrer un dialogue et commencer à comprendre quelles options thérapeutiques s’offrent à vous concernant la prise en charge de votre poids.

Établissez un partenariat avec votre médecin afin d’élaborer un protocole
decorational arrow Conseils | 5 min. temps de lecture

Établissez un partenariat avec votre médecin afin d’élaborer un protocole

L’obésité est une maladie complexe, mais sa prise en charge ne l’est pas forcément. Les professionnels de santé formés disposent des connaissances et des outils nécessaires à l’élaboration d’un protocole de traitement efficace pour vous.

C’est votre cerveau qui régit votre poids
decorational arrow Obésité | 6 min. temps de lecture

C’est votre cerveau qui régit votre poids

Mads Tang-Christensen, directeur de la recherche sur l’obésité chez Novo Nordisk, explique pourquoi certaines des causes importantes de l’obésité sont indépendantes de notre volonté et ce que nous pouvons y faire.