decorational arrow Traitements | 2 min. temps de lecture

Possibilités de prise en charge du poids scientifiquement éprouvées

Qu’il s’agisse d’une thérapie comportementale, d’un traitement anti-obésité ou d’une intervention de chirurgie bariatrique, il existe diverses façons de traiter l’obésité. Un professionnel de santé formé peut vous aider à concevoir un protocole de prise en charge du poids spécialement adapté à votre situation, en combinant plusieurs traitements différents, fonctionnant de différentes manières.

L’obésité est une maladie complexe aux multiples causes. C’est pourquoi, selon le professeur Arya Sharma : « Aucune stratégie de prise en charge unique ne fonctionnera pour tous les patients. » Il est le directeur scientifique d’Obésité Canada et clinicien spécialisé dans le traitement de l’obésité depuis 20 ans.

« Tout protocole de prise en charge réussi implique des stratégies d’adaptation à long terme, aidant les patients à réduire leur poids corporel et à ne pas le reprendre », ajoute-t-il. Les personnes souffrant d’obésité ont donc besoin d’un protocole personnalisé, spécialement conçu pour elles.

Celui-ci peut comporter un certain nombre de traitements différents. Et à mesure que vous progressez dans votre parcours de prise en charge du poids, différents types de traitements peuvent devenir plus ou moins pertinents. C’est pourquoi votre protocole de prise en charge du poids doit être adapté à vos besoins et peut évoluer au fil du temps.

La première étape consiste à trouver un professionnel de santé formé en l’obésité. De plus en plus de professionnels de santé comprennent les données scientifiques de la maladie et savent comment la traiter efficacement, alors n’abandonnez pas si vous mettez un peu de temps à en trouver un. Si vous ne savez pas comment démarrer une conversation, ce guide peut vous donner quelques indications.

L’obésité est une maladie complexe aux multiples causes et aucune approche unique du traitement ne fonctionnera pour tous.

-Freedhoff Y. & Sharma A.M. Best Weight, A practical guide to office-based obesity management, Canadian Obesity Network 2010

Examinons donc quelques-unes des possibilités de traitement scientifiquement éprouvées que les professionnels de santé peuvent proposer.*

Une alimentation saine : comprendre le « Comment » et le « Pourquoi », s’agissant de votre relation avec la nourriture

Oubliez le régime miracle. Dans le contexte de l’obésité, changer sa façon de manger ne se résume pas à consommer moins de calories par tous les moyens possibles. Votre médecin prendra en compte vos habitudes alimentaires lors de l’élaboration de votre protocole de prise en charge du poids.

Par exemple, y a-t-il un moment précis de la journée où vous êtes le plus à même de trop manger ou de manger des aliments malsains ?

Où mangez-vous habituellement ? Mangez-vous lorsque vous vous sentez fatigué(e), stressé(e) ou triste ? Et comment ressentez-vous la sensation de satiété après un repas ? Toutes ces questions offrent des indices qui vous aideront à progresser vers une relation plus viable avec la nourriture.

Activité physique accrue

Vous n’avez pas besoin de courir un marathon tous les jours. Pour commencer, le fait d’ajouter simplement un peu de mouvement dans votre vie quotidienne pourra s’avérer très efficace. Si vous restez beaucoup assis(e) pendant la journée, levez-vous et marchez quelques minutes toutes les heures, cela pourra déjà changer les choses. Ainsi, dans la mesure du possible, allez faire vos courses à pied ou prenez les escaliers.

Ce qui compte, c’est de trouver des façons agréables d’être physiquement actif tous les jours. L’objectif est de 150 minutes d’activité physique par semaine. Augmentez lentement votre rythme jusqu’à atteindre cet objectif en prenant progressivement l’habitude de réaliser de nouvelles activités dans votre vie, que vous aimez et que vous pourrez poursuivre à long terme.

Thérapie comportementale

Notre corps et notre esprit sont profondément connectés. Les thérapeutes comportementaux travaillent sur les aspects psychologiques de la prise en charge du poids, en vous aidant à identifier les schémas de pensées, d’émotions et de comportements qui, par exemple, vous incitent à manger et donc à prendre du poids. Il peut s’agir de grandes portions et/ou de collations fréquentes et/ou du fait de manger/boire alors que vous n’avez pas faim.

L’objectif est ici de vous amener à développer des compétences vous permettant de modifier ces schémas et de vous aider à perdre du poids ainsi qu’à améliorer votre santé à long terme.

Substituts de repas/régime hypoénergétique

Les substituts de repas sont des produits dont le nombre de calories est contrôlé et qui contiennent des nutriments, des vitamines et des minéraux essentiels. Les substituts de repas sont généralement riches en protéines et pauvres en lipides et en glucides.

Les substituts de repas peuvent être intégrés à un régime alimentaire cliniquement supervisé consistant à remplacer un ou plusieurs repas par jour par des aliments ou des formules offrant un nombre spécifié de calories, par exemple entre 800 et 1 200 calories par jour.

Médicaments anti-obésité

De même que nous ne pouvons pas contrôler notre température corporelle par la force de notre pensée, nous ne pouvons pas contrôler consciemment certains des processus biologiques qui affectent notre appétit. C’est là que les médicaments anti-obésité jouent un rôle, en agissant sur ces différents processus biologiques.

Différents médicaments agissent de différentes manières. Certains médicaments anti-obésité contribuent à réguler l’appétit et à réduire les portions alimentaires. Cela vous aide à manger moins et facilite la modification de votre mode de vie.

Les médicaments anti-obésité peuvent également contribuer à prévenir la prise du poids en agissant sur les réponses biologiques de votre organisme à la perte de poids, telles qu’une augmentation persistante de la faim. D’autres médicaments aident à perdre du poids en modifiant la façon dont votre organisme absorbe les aliments. Par exemple, en diminuant la quantité de graisse absorbée par votre corps.

Chirurgie bariatrique

De façon générale, ces opérations réduisent l’appétit et la quantité de nourriture qu’une personne peut manger confortablement en une seule fois. On a observé qu’elles induisaient des modifications métaboliques et hormonales, qui jouent un rôle majeur dans la régulation du poids. Les modifications hormonales qui se produisent permettent de prévenir la reprise du poids.

Trouver des traitements efficaces pour vous

Votre médecin vous aidera à élaborer votre protocole personnalisé de prise en charge du poids. Mais il ne peut pas prédire comment vous répondrez aux différents traitements qu’il vous recommandera. Nous sommes tous différents, et cela signifie également que notre réponse aux traitements sera aussi très individuelle.

C’est pourquoi votre médecin pourra ajuster au fur et à mesure votre protocole de prise en charge du poids, en fonction de la réponse de votre organisme et de vos besoins en matière de santé.

Le palier de stagnation du poids

Quelles que soient les approches thérapeutiques qui constituent votre protocole de prise en charge du poids, à un moment donné, la perte de poids s’arrêtera et se stabilisera. C’est ce qu’on appelle atteindre un « palier de stagnation du poids ». Il s’agit d’une partie inévitable de votre parcours de perte de poids, qui peut entraîner frustration et découragement.

Cependant, ce palier de stagnation du poids est le résultat d’adaptations naturelles à la perte de poids (en termes évolutifs, la perte de poids n’est pas bonne pour la survie et la reproduction). Ainsi, l’organisme y répond en augmentant progressivement et souvent de façon inconsciente l’apport alimentaire ainsi qu’en ralentissant les dépenses énergétiques. Des études ont montré que cela peut durer des années. Il n’est pas étonnant que 8 personnes sur 10 finissent par reprendre à long terme le poids qu’elles ont perdu. Il s’agit d’une preuve supplémentaire qu’en dépit de nos meilleures intentions, notre biologie a souvent son propre programme, façonné par des millions d’années de sélection naturelle.

Les personnes qui font l’expérience d’un palier de stagnation du poids se disent souvent : « À quoi bon ? Cela ne fonctionne plus ! » ou « Je suis coincé(e). Puique mes efforts ne produisent plus de résultats, je ferais aussi bien d’arrêter ».

Cependant, ce que, souvent, nous ne comprenons pas, c’est que ne pas reprendre le poids perdu représente un effort tout aussi considérable et un véritable exploit, compte tenu de l’ensemble des forces qui entrent en jeu. C’est pourquoi de nombreux médecins suggèrent de fêter les paliers de stagnation du poids.

Et n’oubliez pas que les traitements que vous suivez peuvent toujours agir en arrière-plan et « dompter » votre biologie rugissante, même si vous ne voyez pas d’amélioration constante sur l’échelle de vos résultats. Et si la perte de poids que vous avez obtenue n’est pas suffisante pour voir les améliorations que vous attendez en termes de santé ou de qualité de vie ? Et bien, vous devez être tout aussi fier/fière des efforts et de la détermination dont vous avez fait preuve pour arriver où vous en êtes aujourd’hui. Continuez sur cette bonne voie et prenez rendez-vous avec votre médecin afin d’examiner votre protocole de prise en charge du poids et de voir si votre approche thérapeutique doit être intensifiée ou ajustée.

* Certains traitements peuvent provoquer des effets secondaires. Ces informations ne doivent pas être considérées comme des conseils ou des recommandations thérapeutiques. Consultez toujours votre professionnel de santé afin d’obtenir des conseils concernant votre traitement.

Références
  • Puhl RM & Heuer CA. Obesity Stigma: Important Considerations for Public Health. American Journal of Public Health 2010; 100:6:1019-1028.
  • Freedhoff Y. & Sharma A.M. Best Weight – A practical guide to office-based obesity management. Canadian Obesity Network 2010.
  • Wadden TA et al. Overview of the Treatment of Obesity in Adults. In: Thomas A. Wadden & George A. Bray (eds.). Handbook of Obesity Treatment. New York: Guilford Press 2018;283-308.
  • Kushner RF & Kahan S. The Emerging Field of Obesity Medicine. In: Thomas A. Wadden & George A. Bray (eds.). Handbook of Obesity Treatment. New York: Guilford Press 2018;413-452.
  • Berthoud H, Münzberg H., & Morrison, C.D. Blaming the brain for obesity. Gastroenterology 2017;152(7):1728-1738.
  • American Association of Clinical Endocrinologists. Empower your health: Guide to physical activity: https://www.empoweryourhealth.org/sites/all/files/EmPower-Physical-Activity-Guide.pdf [consultation juillet 2019].
  • Gomez-Rubalcava S, Stabbert K & Phelan S. Behavioral Treatment of Obesity. In: Thomas A Wadden & George A Bray (eds.). Handbook of Obesity Treatment. New York: Guilford Press 2018.
  • Forman E & Butryn M. Effective Weight Loss: An Acceptance-Based Behavioral Approach - Treatments That Work (Workbook Ed.). New York: Oxford University Press 2016.
  • Butryn ML, Webb V & Wadden TA. Behavioral treatment of obesity. Psychiatric Clinics 2011; 34(4):841-859.
  • Li M & Cheung BMY. Pharmacotherapy for obesity. British Journal of Clinical. Pharmacology 2009; 68:804–810.
  • Stefanidis A & Oldfield BJ. Neuroendocrine mechanisms underlying bariatric surgery: Insights from human studies and animal models. Journal of Neuroendocrinology 2017; 29:e12534.
  • Schmidt JB et al. Effects of RYGB on energy expenditure, appetite and glycaemic control: a randomized controlled clinical trial. International Journal of Obesity 2016; 40:281–290.
  • Xulong S et al. From Genetics and Epigenetics to Precision treatment of obesity: Gastroenterology Report 2017; 5(4):266–270.
  • Vanwormer FM et al. Weight-Loss Outcomes: A Systematic Review and Meta-Analysis of Weight-Loss Clinical Trials with a Minimum 1-Year Follow-Up. J Am Diet Assoc. 2007. 107:1755-1767.
  • Rosenbaum M et al. Long-term persistence of adaptive thermogenesis in subjects who have maintained a reduced body weight. Am J Clin Nutr. 2008; 88:906–912.
  • Schwartz A & Doucet É. Relative changes in resting energy expenditure during weight loss: a systematic review. Obesity Reviews. 2010; 11:531–547.
  • Hall KD & Kahan S. Maintenance of lost weight and long-term management of obesity. Medical Clinics of North America 2018; 102(1):183-197.
  • Tsai AG & Wadden TA. Treatment of Obesity in Primary Care. In: Thomas A Wadden & George A Bray (eds.). Handbook of Obesity Treatment. New York: Guilford Press 2018; 453-465.

Articles connexes

Quel est votre indice de masse corporelle (IMC) ?
decorational arrow Outils | 5 min. temps de lecture

Quel est votre indice de masse corporelle (IMC) ?

Votre indice de masse corporelle (IMC) est un nombre calculé à partir de votre poids et de votre taille. Ce n’est pas un calcul précis du pourcentage de graisse corporelle, mais un moyen facile de déterminer où votre poids se situe sur une échelle allant de la bonne à la mauvaise santé.

Parlons bien : 10 questions à poser à votre médecin
decorational arrow Conseils | 5 min. temps de lecture

Parlons bien : 10 questions à poser à votre médecin

Ces dix questions peuvent vous aider à démarrer un dialogue et commencer à comprendre quelles options thérapeutiques s’offrent à vous concernant la prise en charge de votre poids.

Établissez un partenariat avec votre médecin afin d’élaborer un protocole
decorational arrow Conseils | 5 min. temps de lecture

Établissez un partenariat avec votre médecin afin d’élaborer un protocole

L’obésité est une maladie complexe, mais sa prise en charge ne l’est pas forcément. Les professionnels de santé formés disposent des connaissances et des outils nécessaires à l’élaboration d’un protocole de traitement efficace pour vous.